HISTORIQUE DE L’EGLISE DES GAULES

ou

DE l’EGLISE CATHOLIQUE GALLICANE de FRANCE

2eme Noces Mariez-vous à l'église

 

  • Création historique : Concile d’Arles en l’an 361, présidé par Sa Sainteté le Pape Libère qui reconnaît Saint Hilaire (Évêque de Poitiers) comme Évêque de l’Eglise des Gaules.Établissement de l’Ecclésia Francorum : A Reims en l’an 496, le Roi des Francs Clovis reçoit le baptême de l’Archevêque de l’Eglise des Gaules St Remi, lequel utilise pour l’onction royale la sainte ampoule du Saint Chrême.
  • La dynastie royale Capétienne : en l’an 987, la famille royale de France se perpétue par la dynastie d’Hugues Capet, lequel reçut la continuité de l’onction royale par un Evêque Gallican représentant l’Eglise des Gaules.
  • La pragmatique sanction de Saint Louis : L’Eglise romaine souhaitant remettre en cause les libertés de l’Eglise des Gaules, (acquise en l’an 361) cela incita le Roi de France Saint Louis à promulguer un édit affirmant la totale indépendance de l’Eglise Gallicane, concernant notamment le choix des Evêques, les conciles nationaux. Cet édit s’appelle pragmatique sanction .
  • La pragmatique sanction du Roi Charles VII : en l’an 1438, ce roi réaffirma les droits de l’Eglise des Gaules par une deuxième pragmatique sanction qui fut contre signée par l’Épiscopat de l’Eglise Gallicane de France.
  • Le Concile de Bâle : en l’an 1433, les Archevêques Catholiques Gallicans d’Arles, de Tours, de Lyon, de Marseille défendent les libertés gallicanes.
  • Assemblée du Clergé de France : le 19 mars 1682 déclaration des 4 articles par l’Evêque Bossuet lequel réaffirme l’identité et les libertés de l’Eglise Catholique Gallicane face à l’Eglise Catholique Romaine. L’assemblée avec l’accord du Roi Soleil Louis XIV se déclara publiquement l’Eglise de France et ancienne Eglise des Gaules soit l’Eglise Catholique Gallicane.
  • Concordat entre la France et le Saint Siège : l’Empereur Français Napoléon I, signe le 15 juillet 1801 avec Sa Sainteté le Pape Pie VII le concordat qui rétablit les libertés gallicanes et inscrit les 4 articles gallicans de Bossuet (de 1682) dans le catéchisme. C’est une deuxième reconnaissance papale officielle (après celle de l’an 361, suite à l’Edit de Milan en l’an 313 qui établit la tolérance envers les chrétiens dans l’Empire Romain).
  • Le dernier Roi Catholique Gallican de France : en l’an 1830, Charles X se fait sacrer Roi avec la sainte ampoule et l’antique rituel de l’Eglise des Gaules. La loi de 1905 abrogea le Concordat et les libertés Gallicanes.
  • Loi du 2 janvier 1907 : la France crée une loi permettant aux fidèles d’un culte de se constituer en associations cultuelles afin de gérer les Églises et les biens qui permettent le culte. Cette loi fait suite à la loi de séparation de l’Eglise et de l’État de 1905, laquelle est encore en vigueur en l’an 2003.
  • Loi de Vichy :Interdiction de l’Eglise Catholique Gallicane : décret du gouvernement de Vichy 1940.
  • 1950 : rétablissement de l’Eglise Catholique Gallicane en France et élection de S. B. Mgr. Bernard Isidore Jalbert - Ville comme Patriarche très Chrétien de l’Eglise Catholique Gallicane (de 1950 à 1957). Ensuite se succédèrent les Patriarches : Mgr. Joseph Poncelin d’Eschevannes (de 1957 à 1970), Mgr Guy Patrick Truchemotte (de 1970 à 1987). A sa mort, scission et création de plusieurs juridictions, à Bordeaux, à Paris, en Provence, dont celle de l’Eglise Catholique Gallicane de France en 1988 dirigée par le Primat actuel : Mgr. Franck SCHAFFNER. Cette juridiction se fait connaître depuis 2003, suite aux différences exposées précédemment, qui empêchent pour l’instant l’intercommunion entre les 3 principales juridictions religieuses de la communion gallicane qui maintiennent la tradition de l’antique Eglise des Gaules et des Rois de France.